Prizonierii de pe teritoriul României – o permanenţă în relaţiile diplomatice România – Vatican (1939- 1944)

Les prisonniers sur le territoire de la Roumanie – une permanence dans les relations diplomatiques la Roumanie – Vatican (1939-1944)

 Autor: Adela Herban

Les relations diplomatiques de la Roumanie avec Vatican ont connu divers aspects. Une grande importance dans ces relations a eu la présence des gens soumis aux représailles de la guerre. L’intérêt manifesté de Vatican pour l’atténuation des souffrances, aussi comme les efforts faits par le Nonce apostolique de Bucarest, Andrea Cassulo, a été manifesté par des diverses manières d’intervention, des aides matériaux et spirituels, des visites dans les camps de la guerre, etc., dans une série de collaborations avec les autorités.

La préoccupation d’intervenir dans l’appui des personnes affectées, à la suite de la guerre, ont paru dans l’activité du Nonce Andrea Cassulo pendant les premiers jours du refuge des Polonais en Roumanie, immédiatement après l’invasion des nazis, dans le septembre 1939. En généralement il s’est encadré parmi les mesures adoptées par le Gouvernement roumain pour assurer l’asile nécessaire aux autorités et aussi à la population de Pologne qui a été envahie par les nazis et les Soviétiques.

En ce qui concerne l’assistance des autres prisonniers de guerre, les actions de Vatican ont été organisées dans le plan international et reconnus par les traités concernant la défense de la dignité humaine, valables pour touts les nations, les états et les religions. Vatican a demandé l’organisation de ces assistances par ses représentants diplomatiques dans une collaboration avec les gouvernements des lieux.

En ce qui concerne la Roumanie, le Gouvernement a donné son concours au représentant de Vatican à Bucarest pour les visites des camps de prisonniers qui étaient sur le territoire de l’État.

 

Translate »