Reactivarea fiefului electoral al lui Vasile Goldiş în Protopopiatul Ortodox Român al Radnei (1930-1932)

La récupération de fief électoral du Vasile Goldiş Dans le Protoprêtre (Protoprêsbyterat) Orthodoxe roumain de Radna (1930-1932)

 Autor: Dan Demşea

Un chapitre trop moins connu de l’activité politique et électorale de Vasile Goldiş (1862-1934) dans le Parti du Peuple est celui dés dernières années de sa vie. Dés le commencement de XX-ème siècle, le secrétaire consistorial de l’Évêché orthodoxe roumain d’Arad, personnel Vasile Goldiş, s’est fixé sur la candidature à Radna – circonscription électorale avec une majorité écrasante roumaine. La “tradition” électorale “activiste” de ce lider du parti national roumain a constitué le soutien pour le prolongement de sa activité dans la même location après la Grande Union de l’année 1918.

Nous rendrons en annexe les deux lettres inédites de Vasile Goldiş, de l’automne de 1930, envers le curé et l’instituteur Ioan Silviu Tomuţia, des communes Lupeşti et Pârneşti, placés, respective, au nord des localités Vărădia de Mureş et Săvârşin.

L’ancien agitateur électoral du Goldiş, le peysan Ion Leric /Lérique – n. n./ reprendra sa activité dans la circonscription électorale Radna, mais cette fois-ci, dans les cadres territoriaux de l’état national roumain agrandi.

Pour la nouvelle circonscription électorale Săvârşin se montrera un nouvel agitateur, ainsi qu’écoutera Goldiş: le curé de 41 ans, Ioan Tomuţia, domicilié à Lupeşti (surnommé village sur sept collines, ainsi que l’antique Rome), lequel “dernièrement /…/ il fit des déclarations amicales envers le programme et les dirigeants du Parti de Peuple”.

Le père Tomuţia commença sa carrière politique sur les traces de son beau-père, George /Georges/ Lupuţ /Loupoutz/, dans le parti de général Averescu, prêtant le serment de “fonctionnaire” au Săvârşin. Bénéficiant, avec sa femme, des légitimations de voyage sur les Chemins de Fer Roumains, il a percé avec une relative facilité le territoire de la nouvelle circonscription électorale Săvârşin. Il fut présent, auprés de Vasile Goldiş, à la grande assemblée électorale de Vărădia de Mureş, de 6 octobre 1930.

Indubitable, cettes assemblées villageoises ont capté l’attention et, probablement, l’admiration de toutes les chefs “d’élite” du Parti Paysan locale. Dans quelques mois, en 21 décembre 1930, Vasile Goldiş confirma au directeur du journal hebdomadaire “Voinţa Poporului” /La volonté du Peuple/, dans la personne de Mihail Russu, la réception de la lettre d’adhérence de toute les organisations du département Arad.

La maladie grave de Goldiş, déclanchée en 1931, et, aussi, l’échec électoral de parti averescan, ont produit des défection dans le sein de ce parti.

Dans le mois de mars 1932, un “massif groupement, conduit par Octavian Goga”, à abandonné les rangs de Parti du Peuple, établissant à 10 avril 1932, le Parti National Agraire. Parmi ses membres ont compté, aussi, les anciens adhérents de Goldiş, sur lesquelles citons le père Tomuţia. Le programme électoral du nouveau parti de centre-droit promettait l’approbation d’une “rétribution aux prêtres et aux instituteurs”.

Les villageois, de suite, étaient soumises au élite intellectuelle. Le fait avait un prolongement après la deuxième guerre mondiale. Il n’y a pas le mot, seulement, d’une inertie habituelle du mental collectif villageois mais, aussi, de l’aspect d’intéressement économique du paysan pour l’exploitation commun de pâturage, de la forêt et de terrain arable, sur le fondement des promission de continuer la réforme agraire. L’un des prêtres qui se sont impliqué en ce sens fut Ioan Silciu Tomuţia de Lupeşti, en continuant l’activité électorale et la conviction politique de Vasile Goldiş: l’amélioration de la situation économique de la paysannerie pauvre.

 

 

Translate »